20 bis Association Olga Spitzer Abus de pouvoir et mépris des familles

Abus de pouvoir et mépris des familles : témoignage

Olga Spitzer est une association d’utilité publique chargée d’actions de protection de l’enfance. Son action est mise en œuvre par le juge des enfants. Celui-ci peut mandater l’association dans le but de mettre en place par exemple, une action éducative en milieu ouvert (AEMO). Le principe de l’AEMO est simple : des éducateurs spécialisés analysent le contexte de vie et apportent aide et soutien aux familles qui rencontrent très souvent des difficultés matérielles, éducatives, d’hygiène de vie ou bien encore des difficultés en cas de séparation ou de divorce : elles doivent gérer des conflits de loyauté.
Dans ce dernier cas, l’enfant se trouve au cœur de la discorde et est la main armée de l’un ou des deux parents. De nombreux faits divers récents relatent ces situations où chacun des parents tire l’enfant de son coté, espérant ainsi se venger de l’autre parent et le faire souffrir. Dans ce contexte précis, l’éducateur spécialisé endosse un rôle à la fois de médiateur dans les échanges qui ont lieu au sein de la famille et de protecteur de la sécurité et de l’intégrité de l’enfant. Il neutralise dans la mesure du possible tous les facteurs susceptibles de porter atteinte à l’enfant et protège ses droits individuels.

Les convictions de l’éducateur et le déni des familles

La réalité du terrain est toute différente et dépendante du profil hétérogène de ces éducateurs. Leurs actions étant légitimées par la justice, leur pouvoir n’a pas de limite. Ils profitent de familles fragilisées par les problèmes qu’ils rencontrent pour imposer une ligne de conduite idéale selon leur représentation et pour porter des jugements. Les relations qui se créent entre les individus sont donc très variables et dépendent précisément de la personnalité et du professionnalisme de l’éducateur. De la défiance à la confiance, certains éducateurs préfèrent travailler en toute sérénité avec la famille. D’autres éducateurs ignorent totalement la famille, se plaçant au dessus d’elle et lui imposent leurs idées et leur point de vue. Ils dénient totalement la famille alors que la loi prévoit au contraire que le lien familial soit préservé en priorité. Dans certains cas le placement de l’enfant est une mesure irrespectueuse car l’enfant ne peut s’épanouir et grandir sereinement qu’au sein de sa famille. Le placement peut être une menace pour la cellule familiale. Mais au lieu d’aider une famille, lorsque c’est possible, à résoudre ses problèmes, le placement en internat éducatif ou le placement en famille d’accueil parait pour l’éducateur la solution la plus facile à mettre en place.

Le placement, une solution de facilité

En effet, les éducateurs sont évalués sur leur capacité à trouver des solutions aux différents dossiers qui leur sont confiés par la justice. Dans ces conditions pourquoi s’exaspérer à tenter d’aider des familles pendant des mois, pourquoi mettre en place des actions régulières pour les accompagner à surmonter ces épreuves. Tout ce temps est impalpable et les résultats obtenus ne s’évaluent pas concrètement. La tentation pour l’éducateur de passer directement au placement de l’enfant prend tout sens. Il doit préparer et constituer des dossiers. Cette partie du travail est concrète et donne à l‘éducateur l’impression dans cette mission particulièrement, qu’il remplit son cœur de métier et qu’il agit. Celle-ci s’oppose totalement aux entrevues et aux temps d’écoute et d’analyse de la situation avec les familles. On peut légitimement s’interroger sur le fait que les éducateurs perçoivent une prime au placement ou bien n’obtiennent la reconnaissance de leur pair que dans ces missions. Les éducateurs doivent atteindre cet objectif de résultat. Ils perdent alors de vue qu’un enfant est au cœur de leur travail et que toute erreur d’appréciation se répercutera sur son avenir. Leur objectivité doit être remise en cause car bien qu’ils n’aient pas de lien de parenté avec le sujet, ils sont incités à agir pour atteindre cet objectif de résultat. La finalité n’ayant à ce stade plus aucun lien direct ou indirect avec le bien être de l’enfant.

Les abus de pouvoir des éducateurs

En outre dans certains cas, les familles doivent supporter en plus de leurs problèmes, les états d’âme et les susceptibilités des éducateurs. Ceux-ci ne supportent pas que leur autorité soit contestée par les familles dans la mesure où la justice les a conduites à l’AEMO à cause de leur incapacité à gérer seuls leur situation. Pour autant malgré cette mesure, les familles ne perdent pas leur esprit critique ou leur capacité d’analyse. Mais très souvent lorsqu’elles l’expriment, les éducateurs se sentent agressés et expliquent dans leur rapport au juge que la famille est réfractaire à l’autorité judiciaire et ne s’est pas soumise à la procédure. Les éducateurs abusent pleinement de leur pouvoir. Olga Spitzer n’est pas sous contrôle Une loi de 2002 permet aux familles de s’exprimer sur la procédure dont ils font l’objet. Les familles n’utilisent pas ce droit. En outre, aucun contrôle n’est effectué dans ces associations pour évaluer les actions des éducateurs. Lorsque les familles dénoncent des agissements abusifs, les éducateurs considèrent que ceci fait partie des risques de leur métier et qu’il est difficile pour les familles de se remettre en question. Les familles ne sont pas entendues et parfois sont complètement ignorées et disqualifiées. Dans ces conditions comment les familles en difficulté pourraient-elles demander de l’aide et faire appel aux associations sensées les épauler. Comment pourraient-elles avoir confiance en ces institutions ?

Janette Rezgui _ Sociologue du Travail Et parent témoin

Autres documents:

faux boris olga